ENQUÊTE: PERSPECTIVES SUR LA PRATIQUE DES MOOC EN TUNISIE


“Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne vous prenne par la gorge”, disait Winston Churchill. 

Convaincu de l’acuité des propos de Winston Churchil, Centre pour le Développement des Compétences Professionnelles (CDCP E-learning) décide de réaliser une  étude brossant le portrait de l’utilisation des MOOC au sein des entreprises, secteurs de l'éducation et de l'enseignement supérieur et des services publics tunisiens mais aussi auprès des étudiants et des enjeux qu’ils soulèvent dans un contexte de société de la connaissance où les personnes sont appelées à constamment mettre à jour leurs compétences professionnelles et où l'information ouverte est la réponse structurante au besoin de formation continue qui se fait de plus en plus sentir en de nombreux domaines. 

Dans un monde où les technologies numériques évoluent rapidement, surtout les outils Web 2.0 (les blogues, les wikis et les médias sociaux) et les appareils mobiles (les smartphones et les tablettes), ont donné aux individus qui les utilisent beaucoup plus de contrôle sur l’accès au savoir ainsi que sur sa création et son partage. Cela habilite le pouvoir des apprenants, et les membres innovateurs du personnel de formation trouvent de nouvelles manières de mettre à profit ce contrôle accru de ces derniers afin d’augmenter leur motivation et la pertinence à l’égard de leur apprentissage.

“ Quand vous formez une personne, vous pouvez changer sa vie. Quand vous en formez beaucoup, vous pouvez changer le monde.” Shai Reshef, Président de University of the People

Le MOOC est un mélange de ces tendances : il s’agit d’un cours complet, ouvert à tous, intégrant des vidéos de cours mais aussi des espaces d’interaction entre participants et une formule d’évaluation en ligne. Les pionniers des premiers cours ouverts (Harvard, MIT, Berkeley, Académie Khan, University of the People, etc.) ont été surpris par le nombre d’inscrits et le caractère ouvert a été très vite associé au caractère massif pour composer l’acronyme MOOC pour “Massive Open Online Courses”.

La vague se propage dans le monde entier même les entreprises s'y intéressent de plus en plus pour renforcer et faire évoluer leurs formations en particulier pour celles implantées sur plusieurs sites, dans différentes régions, dans différents pays. Le MOOC est l’outil idéal permettant de former de façon homogène et à faible coût.

Les plates-formes se sont multipliées : Coursera, edX, Udacity, et la dernière francophone en date, FUN (France université numérique) lancée par le ministère de l’Enseignement Supérieur français.

Dans notre enquête qui se déroulera du 6 janvier au 15 février 2015, on y retrouve des questions issues du modèle pragmatique d’apprentissage IMAIP (Informations, Motivations, Activités, Interactions, Productions) de Marcel Lebrun reposant sur la théorie de Biggs regroupant les 5 facettes du processus d'apprentissage centré sur l'apprenant:

  1. L’Information, les ressources mises  à disposition pour apprendre et  leurs supports.
  2. La Motivation: Tous les éléments du contexte qui donne du sens et de l’environnement didactique pour favoriser l’engagement.
  3. Les Activités de l’apprenant relatives à l’appropriation et au développement des compétences de plus haut niveau (analyse, synthèse, évaluation, sens critique …).
  4. L’Interactivité des diverses ressources et surtout les interactions entre les acteurs, étudiants et enseignants.
  5. La Production : Les acquis de l’apprentissage issus des activités de l’apprenant, ce qu’il révèle sa compréhension et le degré d’atteinte des objectifs.

“ Combien d'Albert Einstein, de Marie Curie, de Stephen Hawking attendent d'être découverts dans d'autres pays? (...) L'unique façon de le savoir est de donner à chacun la possibilité d'être le prochain Einstein”

Avec la croissance impressionnante des MOOC, ça nous semble essentiel de participer à l'évolution des MOOC et de contribuer à lui donner des formes intéressantes, notamment dans l’articulation avec des formations et des projets locaux (rendant le pouvoir aux enseignants et formateurs "locaux") et dans le développement de constructions collectives.

Alors, merci de remplir ce questionnaire en ligne . Nous publierons bien sûr la synthèse des réponses sur notre site à la clôture de l'enquête. Les résultats seront diffusés pendant la journée des MOOC qu'on organisera le jeudi 26 février au centre de conférences du Technopark Elgazala.

Vous pouvez également diffuser l'enquête sur vos réseaux avec le hastag #MOOCTunisie. N’hésitez pas à nous rejoindre et à prolonger le débat via notre page Événement sur Facebook

 

JE PARTICIPE

Shares